press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/10

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/9

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/8

LES CAMPS FROMENTAUX

Studio Expériences sensibles

et recherche urbaine

 

Membres du collectif

Anne-Sophie Clémençon (historienne)

Thomas Destaing (plasticien photographe)

Diane Lentin (photographe, vidéaste)

Laëtitia Mongeard (géographe)

Emmanuelle Vernin (plasticienne photographe)

Vincent Veschambre (géographe)

Le projet Fromentaux mené par le Studio Expériences sensibles et recherche urbaine est un projet de suivi photographique des mutations de la friche militaire du Camp des Fromentaux dans la plaine de l’Ain à 45 km de Lyon (terrain du projet de technopôle ACMUTEP et du projet Transpolis de l’IFSTTAR).


Le site des Fromentaux n’est pas un site urbain à proprement parler, mais les mécanismes de transformation par l’aménagement dont il fait l’objet relèvent de dynamiques structurelles d’espaces urbains. Le collectif l’a donc investi comme un site expérimental, du fait aussi de sa taille et de la répétitivité de ses formes, caractéristiques propices à une démarche photographique collective. Dans cette expérience, la notion d’évolution est centrale. Les reportages ont commencé en décembre 2016 et se poursuivront le plus longtemps possible pour saisir les mutations du site.

Un des enjeux du studio est également d’interroger les liens entre art et recherche, que ce soit par la pratique artistique des chercheurs ou par la participation des artistes à la recherche. Il s’agit là de comprendre le chevauchement conceptuel entre image-document, image-documentaire et posture artistique.

La notion de parcours est inhérente à ce travail photographique. Les centaines de bâtiments - destinés à la fabrication et au stockage d'arsenaux militaires au XIXe et XXe siècles -  s'étendent sur des kilomètres et sont reliés entre eux par un vaste réseau de voies ferrées. Celui-ci permettait d'acheminer les matériaux et munitions d'un bâtiment à l'autre, et desservir ainsi l'espace attribué à chaque étape de fabrication, jusqu'au stockage. Ces rails m'ont permis de structurer mon parcours. Je les ai suivis et photographiés, comme le squelette du territoire, déjà désarticulé et enseveli par endroits.